DEENESPFRARUSARA    

Production d’un tuyau d’incendie avec revêtement intérieur en caoutchouc

Traitement sur les tables chauffantes

Dans le procédé de vulcanisation mis au point par Charles Goodyear en 1839, la transformation du caoutchouc s’opère sous l’influence du temps, de la température et de la pression. Le matériau développe alors ses propriétés classiques : son élasticité devient permanente, il possède une grande résistance à la traction et résiste au vieillissement, aux intempéries et aux contraintes chimiques. Cela se produit par la séparation des molécules longues de caoutchouc et leur réticulation avec le soufre ajouté et d’autres agents vulcanisants pour former de nouveaux composés.

Les ébauches sont disposées par les collaborateurs sur la table de déflexion au moyen d’un dispositif de traction et coupées à une longueur utile de 60 mètres. Elles sont ensuite placées les unes à côté des autres sur la table chauffante. Jusqu’à huit tuyaux peuvent être traités côte à côte en même temps. Cette unité permet ainsi de réaliser plus de dix kilomètres de tuyaux d’incendie par jour. Sur la table chauffante, la colle solide est activée par la chaleur et de lier ainsi le manchon et le tissu textile de l’enveloppe. Un collaborateur raccorde les tuyaux des deux côtés de la table à cet effet. Après que le manchon a été dilaté contre le tissu sous pression d’air, les tuyaux sont remplis d’un côté à une pression de 6 bars avec de la vapeur d’eau chaude à environ 160°C . Il faut environ 25 minutes pour terminer la vulcanisation. Sur cette table chauffante de 60 m de long, les longueurs standard de tuyaux d’incendie de 15 ou 20 mètres, par exemple, qui sont courantes en Allemagne et dans l’UE, peuvent être coupées sur mesure sans perte de coupe.

Une fois que le matériau s’est refroidi et que la condensation s’est échappée de la table chauffante inclinée, un collaborateur place les tuyaux sur la table d’enroulement adjacente pour la suite du traitement, faisant ainsi de la place pour le raccordement suivant. De là, un collaborateur enroule le tuyau à l’aide d’un dispositif d’enroulement et le retire de la table de traitement. Auparavant, le collaborateur marque les longueurs des tuyaux à couper par une entaille et en les poinçonnant. Ce n’est qu’à l’extrémité de la table qu’il coupe le tuyau aux longueurs commandées et qu’il prépare les unités enroulées en les attachant pour le ligaturage.